Frites pas frites

 

Amis, ça sera rapide. Vous pouvez lire ça aux toilettes ou entre deux messages texte.

J’étais en train d’écouter un enregistrement sur lequel je fais une entrevue avec le propriétaire d’un « Broue Pub » bien en vue de Montréal. Je veux vous partager un brin d’information qui pourrait vous être utile. Profitez de l’expérience des autres : ça pourrait rentabiliser votre commerce plus rapidement que prévu ou éviter une catastrophe.

C’est maintenant une tendance qui va rester : dans les bars, ça prends de la bouffe.

Je ne dis pas ça pour « mousser » mes ventes, car en fait c’est moi qui s’est adapté à la tendance et pas le contraire. Je ne fais qu’en parler.

Dans mon entretien, l’invité m’a parlé de tout le processus de réflexion et de toutes les décisions qui ont été prises pour la construction de son entreprise. Certaines bonnes, d’autres moins. Je ne parlerai pas de tout le processus mais je veux juste vous donner un conseil.

Énormément de restaurants vivotent et font à peine leurs frais, alors imaginez la cuisine d’un bar.

« Le service alimentaire n’est pas trop rentable » lui disaient les propriétaires avant qu’il s’installe lui-même. Il est arrivé à la même conclusion suite à sa propre expérience.

« On aimerait se passer de une cuisine mais ça prends de la nourriture pour que les gens restent. Car lorsqu’ils restent, ils boivent une autre bière. C’est surtout l’alcool qui est rentable ».

Lorsque vous planifiez votre établissement, vous devrez prendre des décisions importantes quand aux équipements que vous utiliserez. La plus grande est celle-ci : Friteuse et grill, oui ou non ?

Ces deux équipements sont indispensables pour faire des burgers, des poutines et des frites. Mais avez vous vu combien ça coute ? De plus, vous devrez installer un extracteur d’air en conséquence et tout comme au ministère des transports, il y a des dépassements de couts.

Si vous équipez votre endroit pour faire des frites et d’autres délices dans l’huile, ce sera long avant de récupérer votre argent. Mon client, celui avec qui je faisais une entrevue, a décidé de ne pas se doter de ces équipements.

C’est un peu limitant, certes. Il doit trouver d’autres recettes et d’autres façons de satisfaire ses clients.

C’est lorsqu’on est limité que l’on devient créatif. Car on n’a pas le choix de trouver des solutions. Dans son cas, il a réussi!

Voici ses conclusions :

 

Dans son bar, ça ne sent pas la frite. Les filles aiment ça.

-Les clients lui disent que sa nourriture est moins lourde qu’ailleurs, et plus santé.

-Il a économisé de l’argent.

-Il se différencie des autres endroits.

 

La mode du « food porn » gras et décadent est un peu passé aussi. Les gens recherchent plus de la nourriture santé.

Pas de friteuse, pas de grill. Il a gagné son pari.

Si vous aimez mes petits conseils, n’hésitez pas à me laisser un commentaire et à vous inscrire sur ma liste de courriels pour plus d’idées géniales !